moteur de recherche

HOMMAGE A FRANCOIS FRANCK
01.07.2018 20:34 Il y a: 166 days

HOMMAGE A FRANCOIS FRANCK

Categorie: Les événements écoulés

 

Hommage à François FRANCK

Membre de l'Ecole éthique de la Salpêtrière qui nous a quitté ce mois de mai 2018.

Plusieurs camarades se souviennent


Notre ami François Franck nous a quittés ce 17 juin 2018. Porte-parole de la promotion Levinas, il fut le beau et infatigable capitaine de notre aventure philosophique, assignant d’emblée l’amitié à sa seule place possible : au cœur de tout. Il sut ainsi tisser et susciter les liens qui nous unissent encore aujourd’hui. Sa gentillesse et son indéfectible fidélité lui venaient de loin et lui venaient du soin : être-là pour l’autre invariablement, inlassablement. Diminué ces derniers mois, lui qui était une force de la nature répugnait à nous rencontrer sans avoir retrouvé « la pleine forme ». Cela disait sa pudeur, sa fierté aussi et son espoir d’un lendemain plus heureux. Mais au téléphone sa parole restait joyeuse, généreuse, avide d’affection et de partage. Sensible aux nouvelles des uns et des autres que nous lui apportions, il restait encore attentif au contenu de séminaires qui continuaient d’alimenter son appétit de réflexion et de connaissance.
Ce fut une joie et un honneur de te connaître ; c’est une immense tristesse de te perdre.

Laurent BERGÈS


François Franck, étudiant si attachant de la promotion Levinas, nous a quitté. Pour qu’il soit assuré que la mort n’ait pas le dernier mot, appuyons-nous sur quelques souvenirs, certains rappels sauvés par la mémoire dans la belle lumière de ce grand triste jour. 
François fut un homme, et un médecin. Ces deux tâches, il les a accomplies de manière formidable. Un homme : parce que l’humanité n’est pas dans l’homme comme la roséité dans la rose ou la circularité dans le cercle, l’humanité est bien en effet une tâche. Et bien nous pouvons tous témoigner ici que, comme disait Montaigne, il a « bien fait l’homme, et dûment ». François Franck était au sens propre du terme un bonhomme. Et un bon médecin : comme son sourire a dû consoler d’êtres blessés par la maladie ! Levinas encore parlait d’une vocation médicale de tout homme, celle qui doit conduire à ne pas laisser l’autre seul avec sa souffrance. A la hauteur de cette vocation il fut jusqu’au bout, et dûment.
Bon homme et bon médecin, mais aussi : enfantin et viril, tendre et bourru, fort et fragile, discret et présent, massif et traversé de failles, sérieux et vivant, direct et délicat, facile et difficile, joyeux et blessable, il était simple comme une tache de sang ou un bon verre de vin rouge – et parfois gai comme le p’tit vin blanc… Comme nous nous souvenons de la façon si joliment enfantine qu’il avait d’être gai !
Son sourire, oui, a consolé tant de cœurs. Il peine aujourd’hui à consoler les nôtres blessés. 


Eric FIAT

 
Au premier rang de l’amphi 107


Il y  avait une tête


Blanche et bien faite


Courbée sur ses écrits


Qui de sa maladie


N’a jamais rien dit


Sous sa haute sature


Il y avait un homme à la belle allure


Un médecin pétri  de passions


Et de compassion


Rayonnant d’amitié


D’agapè


Beaucoup trop tôt, cet homme s’en est allé


Sur la pointe des pieds il s’est retiré


Mais dans notre cœur il est vivant


Il est présent


Dans son sourire et sa générosité


Il était des nôtres, de l’école éthique de la Scalpé 


François Franck,  reçoit notre amitié

Véronique LEFEBVRE DES NOËTTES

 


Fichiers:
Pour_Francois_01.pdf17.1 K